Triathlon : comment se préparer à toutes les conditions climatiques ?

Le sommaire 📒

Aujourd’hui, je vais vous parler météo avec une question qui va nous plonger en été : comment bien se préparer aux conditions météo de notre prochaine compétition ?

Vous préparez un triathlon sous 30° en juillet à Nice… Ou vous souhaitez pouvoir rouler 180km sous 5° au prochain Norseman ? ⛷ 3 astuces pour se préparer à la météo de votre prochaine course.

1. Mettez-vous aussi souvent que possible en conditions de course

Ce premier conseil est aussi le plus simple : plus vous habituez votre organisme à évoluer dans un environnement donné, plus il crée d’adaptations et plus il y sera à l’aise.

En bref, ça signifie qu’il est important de répéter aussi souvent que possible les conditions de votre prochaine course. Votre course-objectif est prévue à 14h un dimanche de juin ? Ne faites pas tous vos entraînements à 9h ou à 18h pour éviter le soleil.

Préparez-vous régulièrement à nager, rouler et courir en début d’après-midi, et même à faire des intensités proches de celles de votre course à cet horaire-là.

Vous avez une course prévue un matin d’avril ou de septembre ? Ne vous contentez pas de prier pour avoir une belle météo… mais préparez-vous à un temps frais, parfois pluvieux.

Je ne vous dis pas de rouler tous les dimanches matin en trifonction sous la pluie 😄. Mais au moins de ne pas passer tout l’hiver sur home trainer ou d’aller se confronter régulièrement à des conditions plus difficiles.

Si tous les triathlons se couraient sous le soleil, ça se saurait ! (mais on t’aime quand même, chère Bretagne).

2. Des adaptations physiologiques, mais pas que…

Au-delà de l’adaptation de l’organisme, c’est aussi d’autres composantes de notre performance qu’on optimise. D’abord, celle du matériel : on vient de recevoir notre nouveau vélo, flambant neuf, et on trouve dommage d’aller le mettre sous la pluie… Alors on se rabat sur le home trainer ou on sort notre vieux vélo.

Plus justifié à court-terme. Mais franchement pénalisant le jour de notre course où une mauvaise météo nous oblige à expérimenter le pilotage sous la pluie et en peloton…

On est à moins à l’aise → plus stressé → moins performant.

Ensuite, sur la préparation mentale : celui/celle qui s’est entraîné sous toutes les conditions, dans le froid de janvier comme la chaleur de juin, se trouvera bien mieux paré aux aléas de la météo.

Et ça, c’est autant de stress évité et de concentration qu’on met dans sa course ! 😎

3. Les meilleures astuces pour simuler des conditions météo

Puisqu’on a pas tous la chance de pouvoir aller rouler aux Îles Canaries l’hiver, voici quelques astuces pour vous aider à simuler des conditions météo.

🏝 Le classique “Home trainer dans la salle de bain”

Pas besoin d’investir dans un voyage à Hawaii ! Vous prenez :

  • une salle de bain (ou une petite pièce)
  • un home trainer
  • un radiateur allumé
  • un peu d’eau chaude dans la douche

Et vous voilà sur Energy Lab, sans dépenser 1€ 😄

☔️ La courageuse sortie sous la pluie

Ce n’est pas marrant, ça mouille les baskets, le vélo et le bonhomme… mais ça permet d’optimiser son organisme, son matériel et son mental. Alors sortez sous la pluie de temps en temps, ça paiera le jour de votre course (ou de la suivante).

Comme vous le savez, “C’est dans le froid de l’hiver que se construisent les succès du printemps”.

Ceci étant dit, on respecte bien sûr un minimum de sécurité : on se méfie du vent, des déluges, des orages, etc, etc.

🥶 L’audacieux “Home trainer sur le balcon”

Je parle en connaissance de cause : mettez tout l’hiver votre home trainer tout l’hiver sous le balcon et vous ne craindrez plus jamais le froid ! Bien couvert, on roule jusqu’à 0° fa-ci-le.

Plus vous l’aurez fait à l’entraînement, plus vous serez à l’aise en course !

Voilà, j’espère vous avoir convaincu des avantages de se préparer spécifiquement aux conditions météo de votre prochain triathlon !

Avant de partir ✌️
 Pour aller plus loin sur ce sujet, voici 3 liens utiles à consulter : 

Vous avez aimé ce contenu ? 😍
A propos de l'auteur(e)
Hugo
Hugo
Triathlète et cycliste, je suis un véritable passionné par le triple effort et la science du sport. Équipements, nutrition, entraînement, c'est mon dada ! Membre de la Team Opentri, je reste à votre disposition pour toutes remarques ou questions ! On se retrouve sur Strava ?
Cet article vous a plu ?

Partagez-le à l’un(e) de vos ami(e)s triathlètes.  
Cela vous prendra seulement 10 secondes. L’écrire nous a pris 3 à 6 heures.  🙏

Facebook
Twitter
WhatsApp
Telegram
Email
👋 Une invitation -spéciale- pour vous !

Chez Opentri, nous sommes une communauté de plus de 8100 triathlètes passionnés.

Chaque semaine, nous partageons 3 conseils & séances d’entraînement par email.

Inscrivez-vous ci-dessous pour nous rejoindre, et recevez votre premier bonus tout de suite ! ✌️ 

Noté 4,8 / 5 par 101 triathlètes 

C'est parti,
ON VOUS L'ENVOIE OÙ ? 💌

Recevez gratuitement le Kit incontournable du triathlète

Nos 7 dossiers & outils indispensables pour devenir un(e) meilleur(e) triathlète.

Kit triathlète débutant