Salon du Triathlon 2019 : le bilan

Il y a un an (lire notre article), nous vous apprenions l’organisation de la première édition du Salon du Cycle et du Triathlon. 12 longs mois d’attente et d’impatience plus tard, les amoureux du triple effort ont pu se rendre au Parc Floral de Paris du 8 au 10 mars pour plonger dans les allées du salon et enchaîner les stands sans transition.

Opentri.fr s’est rendu sur place et vous dit (on espère !) tout sur salon : les tops, les flops, les scoops, les chiffres, les innovations et nos attentes pour la prochaine édition, déjà confirmée par les organisateurs.


Une orientation très vélo

Initialement prévu mi mars à la Villette à Paris, le Salon du Triathlon s’est finalement tenu – pour raisons logistiques – conjointement au Salon Vélo in Paris organisé par Denis Briscadieu, le boss du groupe Cyclelab. Ce qui peut expliquer en partie son orientation très ‘’cycle’’. Zones d’essais extérieure et intérieure (VTT, route, home trainer, VAE*…), présence d’enseignes réputées dans l’hexagone (Culture Vélo, Bouticycle) et de marques à la renommée internationale (Trek, Merida, Giant, Orbea…) auront pu ravir les aficionados de la petite reine.

Cocorico oblige, certaines marques françaises étaient également présentes sur le salon. On a ainsi pu admirer les très beaux modèles de la marque bretonne Adris et s’émerveiller devant les vélos en bois faits mains par Ernest.

Beaucoup de 2 roues donc (même si on reste loin de l’Eurobike), le but premier de ce ”bi-salon” étant de mettre le grand public et les passionné(e)s de vélo au contact des acteurs du monde du cyclisme, à la fois pour promouvoir ce mode de déplacement et pour découvrir les dernières innovations technologiques, comme le nouveau groupe de transmission Sram Red eTap AXS 12 vitesses** !

Ce ‘’déséquilibre’’ entre univers cycles et univers nage/course à pied, fut souvent une remarque récurrente de la part du public. Mais après tout, la partie vélo représente ¾ d’une épreuve de triathlon, donc les pratiquants du triple effort n’ont pas été trop dépaysés et ont pu, soit prospecter pour leur future monture, soit se mettre à jour par rapport aux tendances du marché. Et on entend souvent dans les parcs à vélos que « si le triathlon était un sport de nageurs, cela se saurait… » 😉

*VAE : Vélo à Assistance Électrique.
**Nouvelles combinaisons de pédalier (50/37, 48/35 et 46/33) pour s’associer aux cassettes 12 vitesses (10-26, 10-28 et 10-33)

Et côté 100% triathlon ?

« Rome ne s’est pas faite en un jour ». Il faut donc déjà saluer l’initiative des coorganisateurs (lire notre interview sur Julien Paquet) d’avoir (enfin !) offert un salon dédié à notre sport… et leur souhaiter de renouveler l’expérience afin que cet événement devienne un rendez-vous incontournable pour la découverte et la pratique du triathlon.

Pour cette première édition, peu de marques connues – en dehors de Sailfish (combi) et Hoka One One* (chaussures) – avaient leur propre stand, les autres étant représentées par des distributeurs comme ESM Sport (distributeur Zone 3, Argon 18, Wahoo) ou Triathlon Store, LE magasin du triple effort. Ainsi, malgré un univers cycle très présent, les vélos de chrono se sont faits plutôt rares. On a malgré tout pu “baver” devant le Dimond Marquise (lire notre article) ou encore craquer sur le vélo canadien Argon 18 E-119 Tri+.

Côté natation, c’était un peu sec, bien que Sailfish et ESM Sport aient présenté une belle gamme de combi et d’accessoires natation (SwimRun, bouée de nage en eau libre…). Chez Cadomotus**, une gamme triathlon fait son arrivée et on a apprécié l’originalité des produits comme de très beaux casques aéro (à tarifs moindre que Casco et Giro) et des sacs de transition très bien pensés et… imperméables !

Pour le running, il faudra refaire un tour de piste car seul Hoka One One était présent, ceci dit avec un très beau stand mural couleur bois et avec la présence d’un tapis de course pour essayer les modèles. Malin pour convaincre le testeur, quand on sait les préjugés qui existent encore sur ces chaussures.

*Prononcer Hoka Oné Oné (signifie ‘’planer sur terre’’ en Maori)
**Marque française (Gironde) initialement spécialisée dans les sports de glisse aéro (roller course, patinage de vitesse)

Le matos, mais pas que !

Le sport (et le triathlon !) a comme pouvoir de faire se lever les foules et de rapprocher les gens. Cela s’est confirmé pendant le salon. Outre le matériel exposé, ce salon à taille humaine a en effet permis une vraie proximité entre visiteurs et exposants. Échanges, questions, excitation, enthousiasme, sourires et yeux pétillants ont sans cesse rythmé les 3 jours du salon !

Zone de conférences ouverte sur les allées du salon, concours de vitesse sur les Wattbike, présence de stands sport & santé (Doc du Sport) et actu/nouvelles tendances (Weelz) ont également parfaitement complété l’éventail du salon et permis une implication du public. Un vrai point positif qu’il faudra reconduire et renforcer pour les prochaines éditions.


Le Salon en chiffres

 


Ce qu’on a aimé 😍
  • L’apparition (enfin !) d’un salon du triathlon en France !
  • La proximité avec les représentants des marques qui ont pris le temps de distiller leurs conseils sur leurs produits et de répondre aux questions du public.
  • Les nombreuses zones de test : vélos, home-trainers, parcours de vélo pour les enfants, tapis de course chez Hoka One One…
  • La présence de matériel complémentaire (rameur, station de musculation cross over, vélos Wattbike…)
  • La zone de conférences ouverte sur les allées du salon.
  • La présence d’athlètes de niveau international : Yann Rocheteau, Toumy Degham, Quentin Kurc Boucau (lire notre interview)
Ce qu’on aimerait voir pour la prochaine édition 😏
  • Toujours plus d’acteurs du triathlon français : des marques spécialistes avec leur propre stand, mais également fédération, médias et athlètes.
  • Un bassin de natation pour tester les combinaisons (cette année, un imprévu de dernière minute du partenaire a privé les visiteurs de ce bassin)
  • Davantage de produits de natation & de course à pied ‘’à la mode’’ en triathlon (GPS, palmes, plaquettes, lunettes, lacets automatiques, produits de compression…)
  • Une offre complète de l’équipement du triathlète : nutrition, chaussures vélos (absentes cette année), matériel de renforcement musculaire…

Crédits Photos : @cedriclesech / @veloinparis /@ernestcycleKawee Wateesatogkij
Infographie : @enemesis_4

Salon du Triathlon 2019 : le bilan
5 (100%) 6 votes

Rédigé par
Autres articles de Cédric

Notre test de la Scott Supertrac RC : cramponnez-vous !

La Scott Supertrac RC 2018 se destine avant tout aux sorties sur...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *